sante_medicament_Pixabay_freeVous trouverez ici une liste non exhaustive de pathologies pour lesquelles l’alimentation est un chaînon majeur.

Adapter une recette à une pathologie ne signifie pas forcément la modifier entièrement, de même une recette peut convenir à plusieurs types de dysfonctionnements.

Les pathologies abordées sont les plus couramment rencontrées chez les personnes vieillissantes et/ou fragilisées.

Le Diabète :

Il s’agit d’une maladie due à l’absence ou à la production insuffisante d’insuline, qui doit normalement réguler la quantité de sucre dans le sang. Cela se traduit par une quantité importante de sucre dans le sang et peut conduire à des atteintes graves des nerfs et des vaisseaux sanguins.

Le cholestérol :

On appelle communément cholestérol un excès de cholestérol dans le sang, ce phénomène est un facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

L’ostéoporose :

Il s’agit d’une diminution de la masse osseuse qui accompagne fréquemment le vieillissement. Elle entraine un risque accru de chutes, et de fractures liées à celles-ci. Il est recommandé de consommer du calcium associé à la vitamine D pour limiter la fragilité osseuse.

L’hypertension artérielle :

C’est l’affection cardiaque la plus fréquente chez l’adulte, touchant près de 45 % des plus de 65 ans. Elle entraine une rigidification de la paroi des artères et augmente fortement le risque d’accident vasculaire cérébral.

La dénutrition :

Cet état pathologique survient en cas d’apport insuffisant en nutriment au vue des dépenses énergétiques de l’organisme. Les causes de la dénutrition sont multiples comme un manque d’appétit, un refus de s’alimenter, des repas non-adaptés…

On peut être à la fois obèse et dénutrie, il ne faut pas se fier au poids ou à la corpulence d’une personne pour juger son état de dénutrition.

Trouble de la déglutition :

Les troubles de la déglutition apparaissent couramment avec l’âge, il s’agit de « fausse route » à répétition qui provoque l’étouffement de la personne. Ils peuvent être d’origines diverses comme neurologique (séquelles d’AVC, maladie dégénérative, maladie musculaire…), physique (tumeurs, séquelles de traitements) ou dû à des maladies (angine, diabète…). Le plus efficace est d’adapter la texture des repas aux problèmes de déglutition de la personne.

Trouble de la mastication :

La mastication est l’action de broyer des aliments avant de les ingérer, une bonne mastication est garante d’une digestion réussie. Ces troubles sont souvent causer par des problèmes de dentition ou musculaire. Cela entraine de la fatigue, des difficultés à la digestion et de l’appréhension au moment des repas.

Allergie :

Une allergie alimentaire est une réaction soudaine à l’ingestion d’aliments contenant un allergène, c’est-à-dire une substance qui déclenche une réaction immunitaire. Il faut bien distinguer l’allergie de l’intolérance alimentaire, cette dernière n’est pas immédiate et tient plus du désagrément que de la mise en danger direct de la personne.

La législation européenne retient 14 allergènes dont la mention est obligatoire sur l’étiquetage des denrées alimentaire. Les aliments et leurs dérivés tels que les céréales, les crustacés, les œufs, les poissons, les arachides, le soja, le lait, les fruits à coque, le céleri, la moutarde, les graines de sésame, l’anhydride sulfureux ou sulfites, le lupin, les mollusques doivent obligatoirement figurer en gras sur l’étiquette.